Les chirurgies laryngées

Il existe actuellement différents types d’intervention visant une féminisation de la voix. Toutefois, ces chirurgies laryngées dites de féminisation vocale ne travaillent pas particulièrement la féminité de la voix mais bien l’élévation de la hauteur, qui a été lors des premières années de recherches médicales le point essentiel que les chirurgiens tentant de mettre en avant ce genre de chirurgie.
Aujourd’hui, nous savons que cette augmentation de la hauteur n’est pas suffisante pour déterminer la féminité d’une voix. C’est pourquoi l’intervention orthophonique est importante.

L’intervention orthophonique doit se situer au niveau pré et postopératoire.
Pourquoi un suivi préopératoire ?
– Il est important de préparer le larynx à la phase postopératoire, à savoir, nous interviendrons principalement au niveau musculaire afin de développer une certaine élasticité dans le mouvement et la gymnastique laryngée afin qu’il soit plus facile pour la patiente d’exercer les exercices lors de la phase postopératoire. Nous préparerons ce larynx qui sera « handicapé » suite à l’intervention invasive de la chirurgie.
Pourquoi un suivi postopératoire ?
– Suite à l’opération, la patiente passera par un repos vocal plus ou moins long, pouvant aller jusqu’à un mois en fonction de la technique utilisée. Ceci implique, d’une part, que les cordes vocales seront moins hydratées dues au manque de mouvements.
– Par conséquent, nous viserons la production de sang. Les cordes vocales ayant été longtemps sans fonctionner, elles auront au début des difficultés à vibrer et l’accolement sera difficile. Donc le premier objectif sera de développer le son par l’accolement des cordes vocales afin que la patiente soit intelligible et audible.
– Le deuxième objectif sera de rétablir un équilibre musculaire car la patiente devra apprendre un nouveau geste vocal puisqu’elle ne pourra plus utiliser ses muscles comme avant.
– Troisièmement, nous apprendrons à la patiente à respirer autrement puisque l’espace par lequel l’air va passer va être restreint pour certaines techniques (glottoplastie de Wendler et glottoplastie de Wendler améliorée).
– En définitive l’intervention orthophonique postopératoire est indispensable. Actuellement, il est rare qu’un ORL n’envoient pas une patiente en orthophonie, car il ne s’agit pas ici d’un entrainement vocal comme en préopératoire mais bien d’une rééducation vocale visant à développer un nouveau geste vocal.

Attention : ces opérations comportent des risques et ne présentent, à l’heure actuelle aucun recul quant au vieillissement de l’appareil phonatoire.